La grossesse est un moment charnière dans la vie d’une femme, ainsi que dans son corps. En effet, les changements vécus par le corps durant les 9 mois de grossesse sont très importants. Les hormones vont influencer la digestion, la tension ligamentaire, la fatigue, etc. Le volume sanguin augmente de 40%, entraînant oedème (enflure), et essoufflement. La posture va être grandement modifiée par un soudain surpoids ainsi qu’une charge portée à l’avant du corps. La pression dans l’abdomen sera en augmentation constante, affectant le plancher pelvien, la vessie, le diaphragme, l’estomac et autres. Bref, le corps est en changement drastique. (Prudhomme, Jeanmougin et Bastian, 2007; Regan, 2010).

Voici comment l’ostéopathie peut influencer la femme enceinte lors de chacun des trimestres. Au premier trimestre, à moins de douleurs ou d’inconfort, on évite de trop intervenir. On laisse la grossesse s’installer tranquillement.

Au deuxième trimestre, des douleurs nouvelles peuvent commencer à s’installer. Douleurs au bas du dos, côtes qui s’élargissent et sont sensibles, ligaments de l’utérus qui tirent, vessie comprimée, constipation, etc. Voilà tous des symptômes que l’ostéopathie peut atténuer, voire enrayer pour le reste de la grossesse! Il est important d’agir rapidement car ces problématiques peuvent aller en augmentant avec les mois qui passent et être de plus en plus difficiles à soulager.

Le suivi du troisième trimestre constitue davantage une préparation à l’accouchement. Nous continuons bien sûr de diminuer les différentes douleurs qui peuvent s’installer de façon plus intenses: douleurs au bas du dos, à la symphyse pubienne, au plancher pelvien, à l’utérus, aux côtes. Souvent, les zones de faiblesse de la femme deviennent plus vulnérables aux douleurs. Par exemple, si une douleur au milieu du dos était déjà présente avant la grossesse, il se peut qu’elle s’accentue au troisième trimestre. L’ostéopathie peut également aider avec les contractions de Braxton-Hicks, les reflux gastriques, l’insomnie, etc. À partir de la 35e semaine de grossesse, nous préparons le bassin à être le plus mobile possible lors de l’accouchement. Celui-ci doit être libre de s’ouvrir pour laisser passer le bébé. Nous donnons également différents conseils, comme les exercices de périnée et d’abdominaux, les positions de sommeil, les postures pour l’allaitement, etc. l’ostéopathie est donc un bon outil pour bien vivre la fin de la grossesse, et pour prendre soin de son corps durant ces 9 mois où il fera un travail colossal!

 

Références:

Prudhomme Ch., Jeanmougin Ch. et D. Bastian. (2007). Gynécologie obstétrique: soins infirmiers dans les affections gynécologiques et en maternité. Paris: Maloine

Regan, L. (2010). Votre grossesse au jour le jour. Montréal: Hurtubise